Les règlementations liées aux qualifications professionnelles sont des barrières à l’emploi et au droit d’entreprendre !

Quand El Hadji a voulu créer son activité de transport de personnes, il lui a fallu une capacité délivrée par la Direction Générale de l’Equipement.  «  On ne peut l’obtenir que par examen ou par équivalence or moi je n’ai pas le niveau de diplôme permettant de présenter l’examen, explique-t-il. Alors j’ai dû m’associer à une personne qui avait cette capacité. »

L’accès à de nombreuses activités, comme celle d’El Hadji, est rendu difficile par la réglementation. Une obligation de qualification ou d’expérience préalable est nécessaire pour l’exercice des métiers relevant de l’artisanat. À l’origine, ces dispositions avaient pour objectif d’assurer la santé et la sécurité des consommateurs. Mais, de nombreuses activités simples et sans risques particuliers tant pour les professionnels que pour les clients, sont soumises  à cette obligation.  Pour réparer un vélo, changer une ampoule, remplacer un joint de chasse d’eau, faire des tresses africaines… une certification est indispensable…lire la suite…

Pour un Small Business Act à la française

Aux Etats Unis et au niveau européen, il existe un Small Business Act, un « paquet » de mesures visant à favoriser la compétitivité des petites et moyennes entreprises. En France, l’Adie plaide pour que le rôle essentiel des micro-entreprises et leur potentiel dans une économie post-industrielle reposant de plus en plus sur les services soient pleinement reconnus…lire la suite…

VAE : de l’expérience professionnelle au diplôme, un chemin tortueux

« Avant, on me disait toujours que, n’ayant pas le bac, je ne pourrai jamais gravir les échelons, prendre des responsabilités », se souvient Jérôme, qui a créé son entreprise de nettoyage écologique de véhicules à Nice. Muriel Penicaud, Directrice générale des Ressources Humaines chez Danone, l’a d’ailleurs reconnu à l’occasion du Colloque inversé « il y a, en France, une sacralisation du diplôme qui constitue un marqueur pour toute la vie ». Un diplôme qui peut même être une barrière légale pour certaines activités…lire la suite…

Cotisations sociales des indépendants : pour un système plus simple et prévisible

En faisant payer des cotisations en temps réel sur la base du chiffre d’affaires réalisé, le régime d’auto-entrepreneur a l’immense avantage d’être lisible et compréhensible par tous.

Jean-Pierre, qui a créé une entreprise de vente et réparation de vélo a choisi de démarrer son activité sous ce régime: « c’est simple et rapide pour commencer. Dès que j’aurai un chiffre d’affaires plus important, je penserai à changer ».

Dès lors, s’il change de statut, il ne relèvera plus du régime social de l’auto-entrepreneur, le « micro-social », mais sera soumis au droit commun. Ses cotisations sociales correspondront alors à environ 46% du revenu professionnel de l’année précédente.…lire la suite…

Financement de l’accompagnement : et si on appliquait la loi ?

Les micro-entrepreneurs sont unanimes: l’accompagnement est indispensable à la réussite de l’entreprise. Pour Gaële, qui a créé son activité d’import-export d’huile d’argan, « quand on crée une entreprise, on a besoin de mobiliser des compétences spécifiques. Il est très important d’avoir accès à des formations pratiques, directement applicables. »
Selon le rapport de l’Inspection Générale des Finances sur le microcrédit, le taux d’échec des entreprises accompagnées est nettement inférieur à celui des entreprises qui ne le sont pas…lire la suite…

Des entrepreneurs écrasés par les lourdeurs administratives

Difficultés à accéder à une information fiable, délais administratifs trop longs et demandes redondantes constituent les principaux motifs de découragement des entrepreneurs. Il est clair que de nombreux progrès ont été réalisés ces 20 dernières années pour alléger la charge administrative pesant sur les créateurs d’entreprise. Mais la création d’entreprise relève encore trop souvent du parcours du combattant. Ces lourdeurs représentent un frein qui décourage les personnes qui souhaitent se lancer dans l’entrepreneuriat…lire la suite…