Peut-on importer l’esprit d’entreprise à l’école?

L’école s’est invitée dans le débat sur la création d’entreprise. Sans qu’on évoque cette question, plusieurs internautes ont spontanément pointé du doigt l’absence de l’entreprise dans les programmes scolaires. Quatre idées, initiatives ou propositions en sont ressorties :

#1 Enseigner la création d’entreprise dans la filière générale

C’est Caroline qui a lancé le débat : « La création d’entreprise est bien peu présente à l’école. Les programmes scolaires du lycée pourraient s’y intéresser davantage. Pourquoi pas une option « je crée mon entreprise » ? » Zohra a enchaîné en précisant : « Il s’agirait de développer/cultiver un vrai esprit d’entreprendre : savoir reconnaître une bonne affaire ou une idée porteuse en identifiant un besoin, apprendre à la confronter à la réalité du marché et surtout cultiver cette envie de faire « fructifier » cela par la suite. »

#2 Revaloriser les filières professionnelles

La création d’entreprise, pas enseignée à l’école ? Voilà une remarque qui a fait bondir JCF06 : « Il y a des tas de filières pour se mettre à son compte. Seulement, elles ne portent pas ce nom là. Le plus souvent, elles sont appelées CAP, BEP, BAC Pro pour mécaniciens, fleuristes, pâtissiers, maçons… » Il égraine ensuite tous les cours de gestion, compta, droit… qui sont délivrés dans ces filières. JCF06 propose alors de revoir la façon dont est présentée l’orientation en fin de troisième : « la question devrait être la suivante : est-ce que je veux lancer ma propre entreprise et je me forme techniquement et théoriquement à un métier et à l’indépendance ? si la réponse est oui, je pars en filière professionnelle. (…) C’est juste une question de perception de l’artisanat et des métiers manuels… »

#3 Créer des passerelles entre l’entreprise et l’école

C’est l’objet de l’association 100000 entrepreneurs qui vise à transmettre aux jeunes l’envie d’entreprendre. « Nous essayons de faire comprendre aux jeunes ce qu’est l’acte d’entreprendre, précise Béatrice Viannay-Galvani, déléguée générale de l’association. Le message est positif : prenez votre vie en main, portez vos projets. Vous avez un talent, exploitez-le ! » L’association invite dans les collèges et les lycées des entrepreneurs au sens larges : chefs d’entreprises, auto-entrepreneurs, responsables associatifs…Plus de 1000 interventions ont été organisées en 2011 devant 30000 jeunes. « Nous percevons un changement de mentalité. Avant, on ne parlait d’entreprise qu’en cas d’échec scolaire. Aujourd’hui, le monde de l’entreprise intéresse de plus en plus les filières générales. »

#4 Développer l’autonomie et les projets collectifs à l’école

Yann Algan, économiste et professeur à Sciences Po élargit le débat au système éducatif français dans son ensemble. « En France, les élèves consacrent 60% de leur temps à prendre des notes ou recopier le tableau. Dans les pays nordiques, c’est 15%. » Laisser plus de place à l’initiative et à la coopération entre les élèves, voilà qui pourrait sans doute former des esprits au développement de projets autonomes.